examen-de-prostateDepuis 2006, une équipe nord-américaine d’urologie basée à San Antonio au Texas avait développé et mis en ligne un calculateur de risque de cancer de prostate. Cet outil était basé sur les résultats d’une étude scientifique portant sur 5519 hommes, afin d’aider les patients et leur médecin à estimer le risque de développer un cancer de la prostate. Ce calculateur à présent en version 2.0, a été complètement revu, afin d’intégrer les facteurs de risque actuellement reconnus et de nuancer plus finement les résultats afin d’aider les utilisateurs à mieux les interpréter. Les justifications scientifiques de ces modifications ont été publiées en ligne le 4 août dans le JAMA. Ce calculateur de risque de cancer de la prostate est disponible librement en ligne (en anglais). Il utilise les facteurs de risques répertoriés sur la population de l’étude effectuée par le Dr Thompson sur plus de 18 000 hommes (J Natl Cancer Inst.2006;98:529-534).

Trois types de risque de cancer de la prostate

Le calculateur exprime ses résultats avec trois possibilités de risque de cancer de la prostate : absence de risque, risque de cancer de bas grade, risque de cancer de haut grade. Il produit ensuite un graphique à partir d’un pourcentage numérique, utilisant une grille de 100 smileys. Un smiley vert et souriant indique un résultat de biopsie prostatique négative, un smiley jaune avec une expression neutre indique un cancer avec peu de risque d’agressivité, un smiley rouge indique un cancer agressif nécessitant un traitement lui aussi agressif.

Exemple de résultat de calcul de risque de cancer de la prostate (risque important)

Exemple de résultat de calcul de risque de cancer de la prostate (risque important)

 

resultat-risque-cancer-prostate-faible

Exemple de résultat de calcul de risque de cancer de la prostate (risque très faible)

En intégrant les données récentes concernant le cancer de la prostate et en particulier l’existence de cancers dit « indolents », ce calculateur est plus précis que sa première version. Il reflète mieux la tendance actuelle qui est de ne traiter de façon agressive que les cancers de prostate ayant des facteurs de risque de progression significatifs et de surveiller les cancers à faible risque d’évolutivité (« surveillance active »). Cette dernière version du calculateur utilise l’âge, l’origine ethnique, une éventuelle histoire familiale de cancer de la prostate, les constatations faites lors du toucher rectal et des résultats éventuels de biopsies de prostate antérieures.

Une aide à la décision : dépister (biopsier) ou pas ?

Un des intérêts (et non des moindres) de ce calculateur est d’estimer la probabilité d’avoir des biopsies de prostate négatives et donc d’éviter de réaliser un éventuel geste qui est assorti d’environ 1 à 4%  de complications parfois sévères. Dans le contexte actuel de controverses concernant la détection précoce du cancer de la prostate à l’aide du dosage du PSA et des recommandations en grande partie contradictoires de la Haute Autorité de Santé (HAS) d’une part et de l’Association Française d’Urologie (AFU) d’autre part, ce calculateur pourrait contribuer à une meilleure estimation du risque d’être atteint d’un cancer de prostate agressif. Cette estimation nous paraît intéressante et permettre de donner aux hommes concernés une information plus nuancée que celle de certaines recommandations actuelles.

Rappelons que le cancer de la prostate tue environ 9000 hommes par an en France.

 

Pin It on Pinterest

Partager